« Grâce au barrage, des jeunes quittent la ville pour se réinstaller au village »

Entretien avec walter bigler, ancien Président du groupe de soutien toézouri-évilarD

En 2014, après 21 ans d’existence, le Groupe de soutien Toézouri (membre de la ficd dès 2009) a été dissout. C’est la fin d’une aventure menée par des citoyens d’Evilard, qui aura principalement fondé son action sur l’autonomisation des femmes et la scolarisation des enfants, avant d’entreprendre la construction d’un barrage. Walter Bigler, co-initiateur du groupe, revient sur les sentiments des membres du comité et des partenaires du Sud au moment de conclure ce projet.

Comment la fin du Groupe de soutien Toézouri a-t-elle été vécue par les membres du comité ?

L’âge des membres du comité avançant, tous autour de la septantaine, une certaine lassitude s’était installée. D’autant plus que la plupart d’entre eux étaient présents depuis les débuts du groupe. Au moment de la dissolution, les sentiments oscillaient entre satisfaction et soulagement. La satisfaction d’avoir pu offrir aux habitants de Toézouri le barrage qu’ils voulaient tant ; une forme de soulagement à disposer, à nouveau, d’un temps consacré jusqu’alors à ce bénévolat. D’un autre côté, nous ressentions une forme de tristesse en ne participant plus aux sympathiques rencontres qui unissaient les membres du groupe.

toezouri1

Inauguration du barrage, en présence de (de gauche à droite) Michel Nikiéma, Daniel Nussbaumer (ancien maire d’Evilard, 2007-2014) et Walter Bigler. ©Groupe de soutien Téozouri

De quelle manière a été programmée le désengagement du Groupe de soutien Toézouri ?

Avec les raisons évoquées, nous avons su assez tôt que nous allions arrêter, dès 2013 déjà. Et, concrètement, le groupe a été dissout en 2014. Notre retrait était donc planifié. En plus de 20 ans d’activité, le Groupe de soutien Toézouri a encouragé la scolarité de centaines d’élèves, dont certains sont allés jusqu’à l’université. Grâce à un système de micro-crédit, de nombreuses femmes ont également pu développer des activités génératrices de revenus. Et avec également l’achèvement du barrage, notre devoir était accompli.

Comment les partenaires du Sud ont-ils ressenti l’arrêt de ce soutien ?

Mathieu, un jeune bénéficiaire du Groupe de soutien, maintenant très actif dans le village de Toézouri, a répondu par courriel à cette question… avec un pincement au cœur, selon ses propres mots. Il est revenu sur les bons rapports que notre groupe entretenait avec les habitants de Toézouri. Il précise que, quelle que soit la manière, la fin était inéluctable mais qu’elle ne pouvait pas ne pas avoir de conséquences négatives au sein de la population. Toutefois, Mathieu relève que les désagréments ont été atténués par la démarche de notre groupe.

Non seulement, la rupture n’a pas été brutale, mais en plus, la population a été informée à temps des raisons de l’arrêt du soutien. Mais il est évident que cet arrêt a eu plusieurs effets négatifs, notamment la fin des micro-crédits alloués aux femmes et une baisse du taux de scolarité qui atteignait 100 % lorsque nous étions actifs.

touezouri2

Le barrage a permis la mise en place de cultures maraîchères. ©Kouliga NIKIEMA

Pouvez-vous nous donner quelques nouvelles du barrage et de ses effets sur la population ?

Selon les informations transmises par Mathieu, le barrage est une bénédiction pour le village de Toézouri. Il est correctement entretenu. Malgré les difficultés liées à la fin du soutien, sans cette construction, le taux de scolarisation du village ne dépasserait pas les 50 %. Grâce au barrage, les familles ont développé des activités génératrices de revenus (cultures maraîchères et pêche) pour subvenir à leurs besoins élémentaires et couvrir un tant soit peu les frais de scolarité.

Autre effet bénéfique : il a été constaté un recul de l’exode rural. Mieux ! Certains jeunes plaquent la ville pour se réinstaller au village et s’adonner au jardinage, afin de gagner leur vie.

Bulletin de la FICD

Abonnez-vous à notre bulletin d'information en cliquant ici.

Facebook

 facebook logo detail Rejoignez-nous sur Facebook