Le désengagement selon Terre des hommes Suisse

Eclairage d’Alessandra Genini et Séverine Ramis ● TdH suisse ● www.terredeshommessuisse.ch

Collaboratrices à Terre des hommes Suisse, Alessandra Genini, Chargée de Programme pour le Burkina Faso et le Mali, et Séverine Ramis, Responsable du Programme International, Chargée du Programme Inde, nous apportent un éclairage sur les stratégies de désengagement de la célèbre organisation internationale.

Existe-t-il un « concept type » des actions de Terre des Hommes, qui précise notamment la durée d’un projet sur le terrain ?

Terre des Hommes Suisse inscrit le partenariat avec les associations locales de la société civile des pays d’actions dans la durée, afin de promouvoir un changement durable des conditions de vie des enfants, des jeunes et de leurs familles. Le cycle programmatique de TdH Suisse est de 4 ans. Le partenariat s’étale généralement sur une période de 12 ans : une phase pilote entre 12 et 18 mois, 2 cycles de partenariat de 4 ans, puis une phase de retrait progressif sur 3 ans.

Des exceptions peuvent amener TdH Suisse à poursuivre un partenariat au-delà des 12 ans ou au contraire à terminer un partenariat de manière rapide (fraude, manque de qualité dans la mise en œuvre du projet, soucis relatifs à la sauvegarde de l’enfance, partenariat peu collaboratif, etc.).

La notion de désengagement fait-elle partie intégrante de la mise en place d’un projet de TdH ?

Dans le cadre des projections à 4 ans, TdH Suisse demande à ses partenaires de se pencher sur la question de la durabilité des changements promus dans le cadre des projets (conditions de vie, changement des comportements, etc.). Parallèlement, on encourage également les partenaires à s’interroger sur leur capacité d’action. Ainsi, chaque partenaire est accompagné par nos coordinations nationales dans la réalisation d’un autodiagnostic, afin d’identifier les éléments qui nécessitent une amélioration. Ce diagnostic concerne à la fois les aspects institutionnels (fonctionnement interne et gouvernance), opérationnels (amélioration qualitative de l’intervention, intégration de la perspective de genre, soutien à la participation des enfants, etc.) et d’« articulation » (reconnaissance, mise en réseau, alliances avec d’autres organisations, etc.). Suite au diagnostic, un accompagnement spécifique de TdH Suisse est défini pour chaque partenaire : formations, facilitation de contacts, appui dans les démarches de plaidoyer et ainsi de suite. Lors des visites des partenaires (réalisées régulièrement par les coordinateurs-trices nationaux-nales et une fois par année par le siège) et de l’analyse des rapports, TdH s’assure de la bonne évolution des stratégies proposées, y compris celles concernant l’aspect durabilité.

Que deviennent les partenaires ?

Lors du début de la phase de retrait, les partenaires font l’objet d’un accompagnement accru, afin d’assurer la durabilité de leur intervention, ainsi que celle de l’organisation. Selon les cas, la stratégie peut s’axer sur la diversification des partenaires techniques et financiers, sur la génération de ressources financières internes, sur la reprise étatique de certains services ou sur un mix de ces options. Le choix va clairement dépendre de la nature de l’organisation et du projet.

tdh

Deux jeunes filles se forment dans un métier traditionnellement réalisé par des hommes, la carrosserie-tôlerie. (ATTOUS – Burkina Faso). ©Terre des Hommes Suisse / 2016

Ce désengagement est-il institutionnel ou financier ? Ou est-ce simplement un retrait de la gestion opérationnelle du projet ?

Terre des Hommes Suisse soutient à la fois des partenaires en tant qu’organisations de la société civile locale et les projets que ces structures mènent en faveur des droits de l’enfant. Plusieurs cas de figure existent quant au désengagement de TdH Suisse : un désengagement d’un projet n’implique pas nécessairement la fin du partenariat (un nouveau projet peut être soutenu avec le même partenaire), tout comme la fin du soutien financier n’implique pas la fin d’une relation avec l’organisation partenaire.

En effet, une fois le financement terminé, TdH Suisse reste en relation avec l’ancien partenaire dans le cadre d’un « partenariat stratégique », ce qui implique, entre autres, l’inclusion de l’organisation dans certains ateliers de TdH, le maintien d’une coordination, la promotion de la mise en réseau auprès d’instances publiques, etc.

Avez-vous un planning type de désengagement de vos actions ?

Dans le cadre des plans d’actions à 4 ans du Programme international, TdH Suisse élabore une stratégie programme avec des objectifs et indicateurs globaux, en l’occurrence pour la période 2017-2020. Sur cette base, des plans d’action sont élaborés au niveau national pour la même période et déterminent les priorités thématiques et géographiques. Ainsi, un désengagement du soutien à certains partenaires est planifié, sachant que le désengagement est progressif et s’étale normalement sur 3 ans. Le désengagement est également planifié en fonction de la capacité de durabilité des changements promus par le partenaire et le projet (reprise par les autorités par exemple, autres financements de la part du partenaire etc.)

Bulletin de la FICD

Abonnez-vous à notre bulletin d'information en cliquant ici.

Facebook

 facebook logo detail Rejoignez-nous sur Facebook